Voici comment Lidia est née. (mon entreprise, pas moi!)

On me demande souvent comment je me suis retrouvée à fabriquer des bijoux, si j’en vis et pourquoi j’ai choisi ce métier. Alors voici ma petite histoire!

La vérité, c’est que la fabrication de bijoux a toujours fait partie de ma vie. On s’entend, j’ai commencé par d’autres techniques plus simples. (Eh non, ma mère ne m’a pas donné un chalumeau pour m’amuser à fondre de l’argent sterling quand j’était toute petite!) J’étais loin de me douter que ça serait mon travail d’adulte!

Mini Lidia

Je me rappelle avoir fabriqué (beaucoup) de bracelets brésiliens sur le toit de ma cabane dans l’arbre chez mes parents. (Merci à mon papa qui a construit ladite cabane!) Les bracelets brésiliens étaient très en vogue quand j’avais 7-8 ans! Pour les curieux, ça ressemble à ça. J’ai retrouvé mon livre récemment quand j’ai fait un grand ménage.

livre 2.png

Autour de 10 ans, j’ai découvert la caverne d’alibaba: un magasin d’artisanat qui vendait des billes pour faire de l’enfilage. Par chance, la gentille propriétaire de la boutique me propose de me donner un petit cours 101. Wow, c’est le coup de foudre et le début d’une nouvelle passion!

Au secondaire, j'ai dû me rendre à l'évidence, j’avais accumulé beaucoup trop de bijoux pour pouvoir tous les porter! Et mes camarades de classe me complimentaient sur mes créations... 1 + 1 = 2, j'ai donc commencé à les vendre! Il faut croire que j'avais déjà une petite fibre entrepreneuriale insoupçonnée...

J’ai toujours su que je ferais un métier artistique et manuel, mais étrangement, je n’avais jamais considéré le métier de joaillière. En fait, je n’avais aucune idée que ça existait!

J’ai donc opté pour un DEC en production théâtrale, c’est-à-dire fabriquer des décors et des costumes. Quatre belles années de cégep où j’ai découvert la vie de (presque) adulte et fait des rencontres formidables. J’ai d’ailleurs encore plusieurs amis de cette époque. Je suis même la marraine du garçon épatant de mon ancienne coloc. (Coucou Étienne!) C’est un peu grâce à lui que j’ai élaboré ma première collection, les colliers familles. Mais ça, c’est une autre histoire, j’y reviendrai un autre jour!

Pour voir la fameuse collection, c’est par ici.

Bref, j’ai 21 ans, un diplôme de production théâtrale en main, mais plus ou moins de motivation pour travailler dans ce domaine. Que faire?!!!

Voyage, voyage!

Je pars en voyage à Paris avec une amie pour l’été, une expérience mémorable… À mon retour, je ne veux qu’une chose: repartir!

Pourquoi ne pas partir plus longtemps et choisir une destination où je pourrais améliorer mon anglais? Je me magasine donc un visa de travail.... Je choisis l’Irlande parce que je ne connais personne qui y est allé encore et que j’aime bien sortir des sentiers battus.

Définitivement, une des meilleures années de ma vie!

Mon retour au Québec

Mais comme toute bonne chose a une fin, me revoilà au Québec. Et c’est le retour de la question à 100$: qu’est-ce que je fais de ma vie? C’est à ce moment que je découvre qu’il existe un programme d’études en joaillerie. Wow, c’est pour moi!

École de Joaillerie de Montréal

Septembre 2007, me revoilà sur les banc d’école pour 3 ans. Très rapidement, je sais que j’ai trouvé ma voie. Je suis très investie et je sais que c’est ce que je veux faire dans le futur. Je suis prête à faire les sacrifices nécessaires pour que ça fonctionne. Je n’ai pas de plans B ET ma motivation est dans le tapis!

L'École de Joaillerie devient ma deuxième maison. J’y ai d’ailleurs enseigné pendant 5 ans après mes études. Quel plaisir de transmettre ma passion à des néophytes! Ça a été une expérience très enrichissante. Je reviendrai assurément à l'enseignement un de ces jours. J'aime beaucoup partager mes connaissances, aider les gens à développer leurs talents, et surtout, voir la fierté dans les yeux de mes étudiants.

Depuis que j’ai commencé à apprendre les rudiments de la joaillerie, je suis tombée en amour avec le métier. Et je n’ai plus touché à mon stock de perles d’enfilage. J’ai accumulé plein de matériel (j’ai comme un petit toc!) que j’ai encore. Un jour, j’espère que je pourrai m’en servir avec mes enfants.

Lidia R joaillière

En 2011, je fonde ma petite entreprise qui se nomme, depuis l’automne dernier, Lidia. Avec le recul, je suis contente d’avoir découvert le métier de joaillière plus tard. Je ne serais probablement pas à la tête de mon entreprise présentement si j’avais fait la formation juste après le secondaire. Je n’avais clairement pas la maturité nécessaire pour faire fonctionner une entreprise à cette époque!

Aaaah le timing et l’importance de saisir les opportunités, c’est fou! Je me demande parfois ce que je ferais aujourd’hui si je n’avais pas découvert le programme de joaillerie à mon retour de voyage… Mais je vis très bien avec l’incertitude puisque je suis totalement heureuse dans mon entreprise!

Donc voilà, c’est ma petite histoire...

Je suis Lidia. J’adore créer des bijoux minimalistes, significatifs et délicats en argent sterling. C'est ma façon d'aider les femmes à se sentir rayonnantes et invincibles tous les jours et à se récompenser parce qu'elles le méritent (et qu’elles ont tendance à l'oublier!).

Et toi, as-tu suivi ta passion?

LidiaCommentaire